• 12 avril 2022

    Toujours autant de plaisir à découvrir cette écriture !

    Avec brio, Boris Cyrulnik définit dans Le laboureur et les mangeurs de vent ce qui permet à un esprit libre de se construire au delà des pressions exercées par des maîtres, idéologues ou mentors de toutes sortes, y compris lorsque des traumatismes perturbent le développement. Mais, cet essai revendique aussi la perméabilité du cerveau qui par sa force peut influencer l’environnement. Bien évidemment, son propos retentit dans notre quotidien au moment où nombreux sont ceux qui veulent penser à notre place !